Seaside dream

Vous aussi, vous commencez à étouffer dans la moiteur des grandes villes. Vous cherchez un peu d’air et l’horizon, loin. Bien plus loin que la vue des immeubles qui vous entourent.

Et puis, il y a ces quelques notes de musique et les paroles de Michel Jonasz que vous fredonnez doucement…

On allait au bord de la mer avec mon père, ma soeur, ma mère, Et quand les vagues étaient tranquilles, on passait la journée aux îles…

Partir, lâcher prise. Penser que peut-être, cette année, on prendra le premier train qui passe pour ramasser des coquillages sur une plage, sous le vent ensoleillé. Rêver.

 

coquillage

(Photo « la rue d’Henri », blog sur CanalBlog)


%d blogueurs aiment cette page :