A pointillist Broadway Musical in Paris

Hier, comme tous les mercredis, j’ai acheté Télérama et le Pariscope (je fais partie de celles qui préfèrent le Pariscope à l’ Officiel des spectacles. Une préférence qui n’a aucune explication logique, d’ailleurs).


La couverture du Pariscope m’a intriguée. Le théâtre musical du Châtelet produit en ce moment une comédie musicale de Stephen Sondheim, qui a écrit en son temps les lyrics de West Side Story. Oui.


La comédie musicale s’intitule : « Sunday in the park with George » et c’est déjà tout un voyage. Le genre de titre que j’affectionne, qui m’a immédiatement évoqué d’autres titres aimés, comme par exemple : « My dinner with André » ou « Barefoot in the park ».

Et puis, l’affiche est…comme ça :

600355_528848663833786_1025004440_n

Donc, j’en suis là de ma réflexion quand je réalise que les silhouettes de l’affiche me disent quelque chose. Le style des vêtements et la profusion de parapluies (ou d’ombrelles) me font un instant penser qu’il s’agit d’un emprunt à Gustave Caillebotte, peut-être en partie à ce tableau :

rainy

 

Et puis, je découvre bien vite que la clé du mystère se trouve dans le titre. Le « George » dont il est question est le prénom de l’auteur de ces silhouettes. Il s’agit bien d’un peintre, mais de Georges Seurat, intuition confirmée car le maître est bien l’auteur d’un tableau intitulé (en anglais) : Sunday afternoon on The Island of Grand Jatte.


Celui-ci (qui inspire en fait très exactement l’affiche du spectacle du Châtelet, mais parfois on ne voit pas immédiatement ce qui devrait nous sauter aux yeux) :

seurat_sundayafternoonontheislandofgrandjatte

 

Etonnée et ravie que Sondheim et Broadway s’emparent du sujet. Car Seurat n’est pas l’artiste qui a le plus inspiré les créateurs et auteurs anglo-saxons , contrairement à Van Gogh et Modigliani.


Les quelques dates de représentation de la création française de la pièce sont très proches et je manque de temps. Ceci dit, je vais peut-être tenter ma chance. Je ne suis pas une fan absolue des peintres pointillistes, mais je trouve la démarche de Sondheim trop belle et originale pour ne pas participer à cette aventure-là.  En espérant une reprise si le spectacle est déjà complet.

 

 

 

 


%d blogueurs aiment cette page :